Article France Graphique Janvier 2012

À flux bien géré, rationalisation assurée

Par Bakhta Jomni

eux qui voudraient connaître le secret de 5sept étiquette pour satisfaire ses clients doivent avant tout examiner sa gestion de flux de production. Depuis cinq ans, 5sept étiquette investit environ 20 % de son chiffre d’affaires dans le développement de nouveaux outils ou l’amélioration de solutions en place.

« Pour moi, ce qui est intéressant dans l’étiquette adhésive est que c’est un produit complexe avec de nombreux paramètres à prendre en compte. Il y a le support, les gammes d’adhésifs, les glassines papier ou adhésives, etc. », remarque Patrick Wack, le directeur de l’imprimerie. « Notre clientèle est multiple et nous avons beaucoup de contraintes de gestion car plusieurs services d’une même entreprise interviennent souvent lorsque la commande est déjà chez nous, pour y intégrer des informations », poursuit-il.

« On se retrouve actuellement avec des séries de plus en plus courtes et des changements de plus en plus importants. Moins de 50 % des commandes sont de purs renouvellements, par exemple », note Patrick Wack. Les commandes représentent en général un budget minime pour le client et s’élèvent en moyenne à moins de 2 000 euros. Mais elles sont difficiles à manager car elles peuvent se retrouver au coeur de tensions entre services des achats et services du marketing. L’investissement dans une bonne interface client, facile à appréhender, permet donc de résorber de nombreuses difficultés dès le départ. L’imprimerie intègre en effet plusieurs flux de production mais les fait fonctionner comme un seul. En 2009, elle a d’ailleurs reçu l’Award de l’innovation de l’organisme mondial CIP4 pour l’intégration des logiciels de gestion Cerm et de prépresse et traitement des fichiers graphiques EskoArtwork par le procédé JDF.

« La valeur ajoutée que nous souhaitons offrir à notre clientèle est la possibilité pour eux de posséder leur information grâce à un système d’archivage. Un outil comme Visualizer 3D d’Esko permet, par exemple, au client de visualiser le futur packaging de son produit avec l’étiquette qu’il aura commandée et d’y apporter d’éventuelles modifications », affirme Florian Biron, responsable du développement des ventes.

Optimiser le flux d’impression plutôt que d’automatiser l’impression est pour l’instant le mot d’ordre de l’entreprise. La clientèle n’a pas poussé 5sept étiquette à se tourner vers le numérique et l’offre reste d’ailleurs plus économique avec des procédés classiques. En outre, précise Patrick Wack, « Pour (lui) qui vient de la photogravure, les presses numériques peuvent être, dans certaines entreprises, une forme de renoncement à la gestion plus en amont de ses flux ».

Article France Graphique Janvier 2012

Cette entrée a été publiée dans 5Sept dans la presse, Actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.