Environnement

L’éco-responsabilité dans le domaine de l’étiquette adhésive

3 Questions se posent :

Que fait 5sept étiquette ?

Que font les fournisseurs de matières ?

Que pouvez-vous faire ?


1. Que fait 5sept étiquette ?

5sept fait reprendre et traiter tout ses déchets.

5sept ne rejette rien à l’égout avec ses CTP Flexo et Offset (1 imprimeur sur 3 en Europe est équipé en CTP – source Mike Fairley dans Etiq et Pack N° 20 Juil/août 2008).

5sept propose de remplacer les BAT’s papier avec le 5septserver et développe tous les moyens de transmission électronique d’information.

5sept n’utilise en Offset que des procédés Waterless à savoir sans solution de mouillage et donc évite toute consommation et tout rejet.

5sept utilise quasiment exclusivement des encres U.V. D’origine minérale, elles réduisent la consommation de solvants et la gâche matière lors du calage des travaux.

5Sept innove avec les procédés d’impression à encrage court pour réduire encore les gâches papier.

5sept favorise l’emploi de personnes résidant à proximité de ses locaux.

5sept est certifié FSC/PEFC* depuis janvier 2009.

5sept a engagé une certification imprim’vert* pour 2009.

2. Que font les fournisseurs de matières ?

Fasson, Raflatac et d’autres fournisseurs proposent des gammes de papier étiquette certifié FSC* et PEFC*.

Manter propose une gamme de papier étiquette recyclé (Freelife Merida et Woodstock).

Certains fabricants proposent des glassines film transparentes d’environ 30µm d’épaisseur.

Ce qui réduit dans un premier temps la quantité de déchet à retraiter (à comparer avec une glassine papier de 55µ) et d’optimiser les conditionnements (et transports puisque, le complexe étant moins épais, on peut mettre plus d’étiquettes sur une bobine de taille identique. Dans un deuxième temps, ces glassines film peuvent exister en PP, qui est une matière dont les techniques de recyclage sont déjà opérationnelles.

Certains récupérateurs proposent déjà de racheter cette matière, alors que le traitement de la glassine papier est toujours payant.

Certains fabricants de complexe adhésif travaillent sur des méthodes de retraitement de leurs déchets, des déchets des transformateurs et des industriels pour la production de matériaux de construction. Certaines solutions sont opérationnelles dans les pays scandinaves et seront opérationnelles en France dans un délai de 3 ans environ…

Les fabricants de complexes adhésifs utilisent plusieurs technologies pour la fabrication des adhésifs (en particulier acryliques, hot melt ou à base caoutchouc, solvants…) Ils développent des technologies permettant de réduire l’utilisation d’adhésifs à base de solvants.

Toka (Japon) propose des encres U.V. à base d’huiles végétales (20 %).

3. Que pouvez-vous faire ?

L’Adème* propose d’utiliser au maximum la quadrichromie dans la conception d’une étiquette.

Regrouper ses commandes et prévoir ses besoins en quantité sur des périodes données pour limiter la gâche matière lors de la mise en route de ces commandes.

Concevoir des gammes de produits en donnant aux créateurs la mission de limiter les changements de couleurs et de clichés entre les différents modèles d’une gamme.

Ex : un texte en noir à la place d’une réserve dans une quadri.

Favoriser une cohérence matière entre l’emballage et l’étiquette pour faciliter le retraitement (ex. : étiquette en polypro sur un flacon en polypro)

Communiquer sur votre éco-responsabilité avec les éco-labels.

Choisir un imprimeur d’étiquettes éco-responsable comme 5sept étiquette.

Nous vous invitons à visiter 5sept étiquette pour partager notre éco-responsabilité.

*Liens utiles : www.fsc-france.fr, www.pefc-france.org, www.ademe.fr/eco-conception

Cette entrée a été publiée dans Actualité, Environnement, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.